1 - LES CHRONIQUES DE JASON McCORD - Jason

Publié le par MisterBolt

  - 1 -

C’est l’aurore. Rapidement, le ciel de Karen IV s’emplit de teintes incarna aux lueurs corail. Drapé dans de longs rubans orangées, la voute céleste s’illumine peu à peu d’étoiles. A chaque nouveau flamboiement, un cri rauque retentit dans la jungle, annonçant une nouvelle nuit de prédation...

 

Jason Mc Cord n’est pas franchement un romantique. Je peux même dire qu’il est catalogué dans la catégorie coriace, voir terre-à-terre... Ce panorama exotique a pour lui une saveur de déjà vu. La jungle urticante de Karen IV s’étend à ses pieds et les brumes toxiques, exhalées par la végétation, l’obligeront tôt ou tard à se calfeutrer dans son abri-bulle pour la nuit. Il doit lui rester 20 à 30 minutes, pas plus. Après quoi il devra s’équiper d’un philtre NT4 (1) pour respirer. S’il reste là, dans moins d’une heure les gouttelettes bio-acides, saturées en pollens floricole, deviendront vite insupportables et lui nécroseront les chairs. Autant vous dire que les virées nocturnes ne sont assurément pas conseillées. Même si le clair des lunes(2) est fascinant en cette saison !

 

Sur sa gauche un vol d’un Charakaou attire son attention. Ces volatiles mi-serpents, mi chauve-souris le rendent nerveux. Il a bien failli servir de petit déjeuné à l’un d’entre eux ce matin ! La sale bestiole, silencieuse et véloce comme un Tarpan de Sulla, avait fondu sur lui en un battement de cil. Le corps du Charakaou est couvert d’écailles tranchantes. Elles ont lacérées sa rude combi-blindée avec une facilité déconcertante. Il s’en est manqué de peu pour que le poison ne le plonge dans une léthargie fatale. Heureusement pour lui le monstre n’a pas apprécié de se faire tranché en fines rondelle par la vibro-lame (3) de Jason... C’est son passe temps favori. Jason est un vrai crac avec une lame. Plus d’un gaillard, armé d’un fusil Gauss, d’un pisto-laser ou d’un plasma, s’en sont mordus les doigts... Ah ! Sacré Jason...

 

Karen IV est un monde de la couronne extérieur de l’Amas de Red-Shift. La planète est sous la tutelle de l’Oligarchie de Karg, elle-même en marge des pouvoirs politiques de la Bordure... Autant dire que Karen IV est un monde abandonné, sans valeur stratégique et absolument improductif. C’est exactement ces « propriétés » qui lui valent cet intérêt... Et oui ! Comme je le dit souvent : «  Loin des yeux, loin des... yeux ! »

 

Il y a plus d’un mois de cela un certain Tipo-Thi s’est présenté à Jason. Il faut dire qu’il a bien choisi son moment. Le pauvre diable cuvait consciencieusement ses ultimes crédits dans une des plus sordides tavernes du Cometix (4). Tipo-Thi est un Malachite (3) plutôt invraisemblable... Il a vaguement supposé connaître certains « compères » de Jason... Compères dont je passerai les noms sous silence. Il serait vraiment trop stupide de s’attirer des ennuies...

 

Comme tout le monde le sait, les Malachites ont une réputation de droiture et d’honnêteté sans faille. Il parait donc inimaginable que Tipo-Thi, malachite de pur souche, ai pu trafiquer avec un seul d’entre eux... Mais, cette éventualité étonnante n’embarrassa pas longtemps l’esprit de Jason, assombri par l’extase cotonneux d’une liqueur de cyclopoïde impure. Bref ! Toujours est-il que Tipo-Thi, très éloquent,  lui a proposé un « job » et a, en plus, allongé la monnaie... Il n’y a rien à dire là dessus. Tipo-Thi était bien un Malachite... Vous connaissez le proverbe : « Bien Malachite ne profite jamais ! ».

 

Au fait ! Je pense que vous avez compris ! J’adore les dictons... Qui suis-je ? Et bien, le narrateur, pour sûre... Croyez-moi, c’est sans importance ! Laissez-moi sans façon vous conter les Chroniques de Jason Mc Cord : l’aventurier le plus couillu de l’univers...

 

Où en étais-je ? Tipo-Thi... la mission... Ah, oui ! Jason a donc accepté la mission sans vraiment réfléchir. A l’époque, comme à toutes les époques de sa vie, Jason était criblé de dettes et sa récente fortune fonderait comme bave de Tavlek au soleil... Et puis, changer d’air lui ferait du bien... Il en fut à ce point persuadé qu’il entreprit de rassemble en hâte ses affaires et qu’il se présenta illico sur les quais d’envol du Cometix, parfaitement dégrisé par les effets sur-régénérateurs d’une bonne douche bio-stimulante.

 

Sous le regard gouailleur du chef de rampe il régla, sans état d’âme le montant outrancier de ses contredanses, contributions et autres frais de maintenances cumulés depuis son arrivée... Ceci fait, il embarque sans un mot et ffttt ! Il disparait... Alexander Van N'guyen, le chef de pont, qui connait bien ce genre de lascar sait qu’il reviendra, un jour où l’autre ! Jason Mc Cord revient toujours au Cometix...

 

                                                                            *     *
                                                                               *

(1) NT : abréviation usuelle de « Niveau Technologique ». Il existe 6 niveaux.
NT1 : technologie primitive (âge de pierre),
NT2 : technologie protohistorique (antiquité),
NT3 : technologie prés-industrielle (moyen-âge, renaissance),
NT4 : technologie industrielle et pré-spatiale (notre Terre d’aujourd’hui),
NT5 : technologie spatiale (arches, mange-poussière...),
NT6 : technologie de l’Empire Galactique (PRL-Varlet, Lehouine...)

(2) Les deux Lunes de Karen IV sont Kio et Kiro.

(3) : Vibro-Dague : arme blanche (NT6) faites en acier nano-moléculaire. L’acier nano-moléculaire, soumis à un champ d’énergie constant, à la capacité de se « régénérer »... Une vibro-lame reste aiguisée à vie. En sus, la régénération par agitation moléculaire est renforcée par un procédé micro-pulsant. La fréquence des vibrations est telle que la force d’impacte est quatre à cinq fois plus forte qu’une lame classique.
(4) Le Cometix est une station en espace profond. Elle est un point de passage et de ravitaillement pour de nombreux de vaisseaux marchands. Le Cometix bénéficie d'un statut de "Port Franc" ce qui lui confère une relative indépendance vis-à-vis des autorités Impériales. Aventuriers, mercenaires, marchands et affairistes y affluent chaque jour... Imaginez un quart de million d'Etres cohabitant dans l'espace réduit d'une station de trois cent milles tonnes... Sur le Cometix, on y vit, on y meurt... Mais une chose est sûre, on y revient !
(5) Les Malachites : première race non-humaine à être assimilé par l'Empire Galactique. Les Malachites sont réputés pour être d'excellents diplomates et d'honnêtes marchands. Pour la société Malachite, la non-violence et l'art de la négociation sont des notions incontournables.

 

Commenter cet article

Malek Hamadou 29/01/2010 05:37


Ah j'oubliais : La première partie du texte est très sympa avec la descrition de la planète, les gaz toxiques et  la créature.

A plus.


MisterBolt 29/01/2010 10:00



C’est important de planter un décor et de transporter le lecteur dans un « autre monde »... J’ai un budget
« effets spéciaux » illimité ! lol...


Tu remarqueras qu’en plus du texte je l’accompagne d’un glossaire pour expliquer certaines choses en aparté... C’est
aussi ma marque de fabrique et puis cela guide le lecteur dans un univers construit.



Malek Hamadou 29/01/2010 05:30


Faut que j'attende de voir la suite pour te dire franchement ce que j'en pense. Il y a quelques fautes d'orthographe, attention ! L'introduction du narrateur à la première personne qui parle un
language un peu familier peut ne pas plaire. Moi c'est pas trop mon style, par exemple. Le mélange de language soutenu et d'expressions familières comme couillu donne un style blog sympa, mais
ne tiendrai probablement pas la route  en vue d'une édition. Il faut que tu vois en fonction de tes objectifs. Sinon c'est trop court pour juger. Je vais donc lire la suite.


MisterBolt 29/01/2010 10:06



Je suis conscient que ce style d’écriture est déroutant... Moi même, lors de l’écriture, j’étais parfois obligé de revenir sur mes phrases parce
que j’utilisais spontanément l’imparfait... Pas facile ! Je pense que mes premières pages cherchent le rythme et sont maladroites.


 


Quant à l’édition... je n’y songe carrément pas !


 


Le mélange de phrases soutenues et d’expressions familières me plonge dans le style polar à la Bogart et des
Tontons flingueurs... J’adore ! C’est éclatant...